Entreprendre avec
clairvoyance

ANDRÉ CHAGNON MONTRE FIÈREMENT LE PREMIER MODÈLE
D’UN POSTE DE TÉLÉVISION REÇU EN CADEAU
Crédit photo : Archives Groupe Vidéotron (1964-2000)

ÉVITER LA DÉSUÉTUDE EN REGARDANT
TOUJOURS LOIN DEVANT

Toutes les grandes décisions d’affaires d’André Chagnon ont un point commun : s’assurer de ne pas devenir désuet. Au début des années 1960, c’est ce qui l’amène à vendre son entreprise de services électriques pour se lancer dans la câblodistribution. Il est fasciné par la capacité du câble coaxial de transmettre un nombre quasi illimité de canaux et surtout, de faire voyager les signaux dans les deux directions. Clairvoyant, il s’entoure rapidement de quatre partenaires qui l’aideront à concrétiser sa vision et à faire croître Télécâble Vidéotron.

ANDRÉ CHAGNON, PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION, LE GROUPE VIDÉOTRON LTÉE, ET ANDRÉ SAUMIER, PRÉSIDENT DE LA BOURSE DE MONTRÉAL, SIGNENT LE GRAND LIVRE D’OR
Crédit photo : Archives Groupe Vidéotron (1964-2000)

ANDRÉ CHAGNON, PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION DE GROUPE VIDÉOTRON, ET ROLAND GIGUÈRE, PRÉSIDENT DE TÉLÉ-MÉTROPOLE, LORS DE LA SIGNATURE DE L’ENTENTE DES DEUX PARTIES
Crédit photo : Archives Groupe Vidéotron (1964-2000)

En 1985, André Chagnon décide de procéder à un premier appel public à l’épargne. L’entrée en Bourse marque un tournant dans la vie de l’entreprise, qui a maintenant les moyens de ses ambitions. Un an plus tard, le Groupe Vidéotron fait l’acquisition de Télé-Métropole. Il s’agit d’une énorme transaction. André Chagnon voit des possibilités de synergie entre les deux entreprises, et il souhaite miser sur la création de contenus francophones pour le marché québécois. À une époque où le concept d’offre globale intégrée n’est pas encore à la mode, son entreprise offre des services de câblodistribution, de divertissement, de location de vidéos et de systèmes de sécurité.

André Chagnon, c’est le père de
l’interactivité à l'international.

JEAN-PAUL GALARNEAU,
ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL DES COMMUNICATIONS DE VIDÉOTRON

INNOVER POUR RESTER EN AVANT DE LA PARADE

La clairvoyance d’André Chagnon l’amène à toujours garder son entreprise en avant de la parade. L’une des premières choses qu’il fait à ses débuts dans la câblodistribution, c’est d’accroître l’offre de chaînes télé, qui passe rapidement de 5 à 35. Il réussit cet exploit grâce à des échanges avec d’autres câblodistributeurs au pays. Cela contribue à faire monter l’intérêt pour ce service dans la population.

Le potentiel à exploiter du câble, qu'André Chagnon a vu dès le départ, mène à des innovations impressionnantes. Par exemple, dès 1969, l’entreprise lance une première expérience de télé à la carte, appelée Sélecto-TV. Puis, en 1974, la télédistribution bidirectionnelle est offerte aux clients de Saint-Jérôme, en première mondiale. Mais c’est dans les années 1990 qu’il lancera une innovation marquante, avec Vidéoway. Toutes ces nouveautés, développées au Québec, font briller le savoir-faire québécois ailleurs dans le monde et pavent la voie de l’interactivité.

extrait de l’entrevue de Jean-Paul Galarneau, cercle des grands entrepreneurs du québec

André Chagnon a participé à l’éclosion
des télécommunications au Québec,
mais aussi à travers le monde.

JEAN-PAUL GALARNEAU,
ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL DES COMMUNICATIONS DE VIDÉOTRON

NOVATEUR, MÊME DANS LA PHILANTHROPIE

Soucieux de redonner à la société qui lui a offert beaucoup, André Chagnon contribue à changer le modèle de la philanthropie au Québec. Avec la Fondation Lucie et André Chagnon, qu’il lance après la vente du Groupe Vidéotron en 2000, il crée une véritable œuvre philanthropique avec un souci de pérennité. Et c’est tourné vers l’avenir qu’il fait du développement du plein potentiel des jeunes au Québec le principal cheval de bataille de la Fondation, car il s’agit du moyen le plus efficace de prévenir la pauvreté à long terme.

extrait de l’entrevue d’Henri-Paul Rousseau, cercle des grands entrepreneurs du québec